De la diversité des peuples et des langues à l’unité de l’espèce et du langage chez Valery Larbaud (1881–1957)

in Historical Reflections/Réflexions Historiques
View More View Less
  • 1 Université Paris IV–Sorbonne amelie.auzoux@gmail.com
Restricted access

Abstract

Cette étude consiste à montrer le rapport qu’entretient Valery Larbaud (1881–1957) à l’autre, étranger eth nique ou linguistique, entre les deux guerres. Écrivain voyageur, critique et traducteur français, Valery Larbaud s’est éloigné du concept abstrait de l’Homme, hérité des classiques, pour explorer la diversité concrète des hommes, des peuples et des langues. Mais dans un siècle où les discours scientistes classent la différence et divisent les peuples en autant d’espèces inégales, Larbaud a su maintenir l’unité biologique du genre. Ainsi se réfugie-t-il dans un universalisme chrétien où la croyance en l’unité fraternelle de la créature l’éloigne des tentations racistes.

Contributor Notes

Amélie Auzoux est Doctorante agrégée de Lettres Modernes en Littérature et Civilisation françaises, Université Paris IV–Sorbonne.