Search Results

You are looking at 1 - 2 of 2 items for :

  • Author: Jean-Pierre Poulain x
  • Regional Studies x
  • Cultural Studies x
  • All content x
Clear All Modify Search
Open access

Jean-Pierre Poulain

Abstract

This article explores the contribution of Maxime Rodinson to the thematisation of food in the Social and Human Sciences (SHS), i.e. its recognition as a legitimate object. Rodinson's contribution consists in having created the conditions for the socialisation of food. The focused interest in cookery books, as a source of empirical data, has made it possible to situate food in culinary styles, that is to say not only in physical space, but also in social space. Entry through practices has provided access to what he calls “mass effects” that affect society at large. Thus, it has been possible to sociologise the issue by adding to the local, geographical, and cultural locations of food and dishes the consideration of social hierarchies and forms of diffusion, mixing linguistics, history, sociology, anthropology, and geography. Beyond Rodinson's personal trajectory, which from a personal poly-competence promotes a transdisciplinary approach, the thematisation takes place in a historical and epistemological context marked by the opposition between a spiritual Islamology and evolutionary Marxism. This characterises the period preceding the Iranian revolution and the fall of the Berlin Wall.

Résumé

Cet article étudie la contribution de Maxime Rodinson à la thématisation de l'alimentation dans les Sciences humaines et sociales (SHS), c'est-à-dire à sa reconnaissance comme objet légitime. Son apport consiste à avoir créé les conditions de la sociologisation des aliments. La mise en évidence de l'intérêt des livres de cuisine comme source de données empiriques a permis de situer les aliments dans des styles culinaires, c'est-à-dire non seulement dans l'espace physique, mais également dans l'espace social. L'entrée par les pratiques a donné accès à ce qu'il appelle des « effets de masse » qui touchent la société de façon large. Ainsi a-t-on pu sociologiser la question en ajoutant à la localisation géographique et culturelle des aliments et des mets la prise en compte des hiérarchies sociales et des formes de diffusions, en mêlant linguistique, histoire, sociologie, anthropologie, géographie… Au-delà de la trajectoire personnelle de Rodinson qui, depuis une poly-compétence personnelle, promeut une approche transdisciplinaire, cette thématisation s'opère dans un contexte historique et épistémologique marqué par l'opposition entre une islamologie spirituelle et le marxisme évolutionniste qui caractérise la période qui précède la révolution iranienne et la chute du mur de Berlin.

Open access

Les repas des Marocains

Comparaison entre Casablanca et des communes rurales du Souss (enquête de 2013)

Laurence Tibère, Jean-Pierre Poulain, Nicolas Bricas, Driss Boumeggouti, and Claude Fischler

Abstract

This article provides an overview of Moroccan people's eating habits, in a context of urbanisation and, more broadly, of ongoing changes in lifestyles and social aspirations. The analysis is mainly based on data from a quantitative survey conducted between 2012 and 2013. It focuses on the differences and commonalities between the meals of Casablanca residents and those of the inhabitants of rural areas in the Souss region. The article points out the existence of differentiated situations between the two contexts, particularly with regard to the number of meals or food sociability. It also shows the importance of certain habits, both in the city and in rural villages, such as the social valuation of certain dishes or products, or the importance of commensality.

Résumé

Cet article propose un panorama des habitudes des Marocains relatives aux repas, dans un contexte d'urbanisation et, plus largement, de mutations en cours dans les modes de vie et les aspirations sociales. L'analyse se fonde principalement sur les données d'une enquête quantitative menée entre 2012 et 2013. Elle porte sur les différences et les points de convergence entre les repas des Casablancais et ceux des habitants de communes rurales du Souss. L'article pointe l'existence de situations différenciées entre les deux contextes, s'agissant en particulier du nombre des repas ou encore des sociabilités alimentaires. Il montre aussi la prégnance, en ville comme dans les villages ruraux, de certaines habitudes, telle que la valorisation de certains plats ou produits, ou l'importance de la commensalité.