Search Results

You are looking at 1 - 10 of 10 items for

  • Author: Émile Durkheim x
  • All content x
Clear All Modify Search
Full access

Émile Durkheim

Ce n’est pas seulement comme collègue de Frédéric Rauh que je viens lui adresser un dernier adieu; c’est aussi, c’est surtout comme ami, un ami très ancien et qui lui était tendrement attaché. Nous nous étions connus dès le lycée Louis-le-Grand. Il y arriva alors que j’étais à la veille d’y terminer mes études; il venait s’y préparer à l’École normale. Nous faisions partie de la même classe. Je le vois encore, assis devant moi, sur le gradin immédiatement inférieur. Outre la proximité matérielle, toutes sortes de raisons nous rapprochaient, et nos relations commencèrent tout de suite.

Full access

Contribution to a Debate

'On the Separation of the Churches and the State'

Émile Durkheim

This is the first English translation of Durkheim's contribution to an important debate on the separation of church and state (1905) - in the course of which he remarked, to an outburst from those present, that 'From a sociological point of view, the Church is a monstrosity'. The translation comes with an introduction and editorial notes by W. S. F. Pickering, explaining the background to the debate, identifying the participants, and recommending some of the many books and articles on the issue.

Full access

Émile Durkheim

1906h. In Bulletin des bibliothèques populaires, mai : 70–71. J. PAYOT. – Les Idées de M. Bourru (délégué cantonal). – Paris, Armand Colin, 1904, in-18, VIII–399 p., 3 fr. 50.

Full access

Émile Durkheim

It is quite difficult to diagnose the state of mind that France will be in at the end of the war, and accordingly what, at that time, will be the dominant political movement.

Full access

Leçon inaugurale

Pragmatisme et Sociologie Inaugural Lecture: Pragmatism and Sociology, 1913

Émile Durkheim

La prise en note du cours de Durkheim a été fidèlement retranscrite et révisée depuis le manuscrit conservé à la Bibliothèque Victor Cousin de la Sorbonne. Nous indiquons par des chevrons la pagination originale de ce manuscrit. Les mots ou segments de phrase soulignés dans l’original ont été rendus par des italiques, les titres par du gras. Nos hésitations sur la transcription sont signalées par un point d’interrogation et placées entre crochets « [ ? sensitif] ». De même, les quelques mots ou segments illisibles sont indiqués entre crochets (« [illis.] »).

Full access

Émile Durkheim

Although sociology is defined as the science of society, in reality it cannot deal with human groups, which are the immediate concern of its research, without in the end tackling the individual, the ultimate element of which these groups are composed. For society cannot constitute itself unless it penetrates individual consciousnesses and fashions them 'in its image and likeness'; so, without wanting to be over-dogmatic, it can be said with confidence that a number of our mental states, including some of the most essential, have a social origin. Here it is the whole that, to a large extent, constitutes the part; hence it is impossible to try to explain the whole without explaining the part, if only as an after-effect. The product par excellence of collective activity is the set of intellectual and moral goods called civilization; this is why Auguste Comte made sociology the science of civilization. But, in another aspect, it is civilization that has made man into what he is; it is this that distinguishes him from the animal. Man is man only because he is civilized. To look for the causes and conditions on which civilization depends is therefore to look, as well, for the causes and conditions of what, in man, is most specifically human. This is how sociology, while drawing on psychology, which it cannot do without, brings to this, in a just return, a contribution that equals and exceeds in importance the services it receives from it. It is only through historical analysis that it is possible to understand what man is formed of; for it is only in the course of history that he has taken form.

Full access

L'enseignement de la morale

The Lenoir-Durkheim Lecture Notes

Raymond Lenoir and Émile Durkheim

Contents: L’enseignement de la morale Les raisons d’être: morale de la société en général La famille Morale civique De la société politique en général L’Etat La patrie La Démocratie Les devoirs professionels Le droit et le devoir de voter L’autorité de la loi La discipline Des devoirs de l’homme envers lui-même

Full access

Rafael Faraco Benthien and Émile Durkheim

Nous présentons ici un ensemble de quinze lettres d’Émile Durkheim adressées à Salomon Reinach. Quatorze proviennent du fonds d’archives Salomon Reinach se trouvant à la Bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence et celle en date du 14 mars 1902 des dossiers de correspondance du Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germainen-Laye. Les originaux ici transcrits n’ont subi aucune altération, aucun fragment n’en a été supprimé et l’ensemble des documents concerne la période située entre 1898 et 1913.

Full access

Un manuscrit inédit de Durkheim

Physique générale du droit et des mœurs, IVe Année du Cours. 1re Leçon, 2 Décembre 1899, Plan du Cours – Les Sanctions pénales

Émile Durkheim and édité par François Pizarro Noël

Résumé

Ce texte daté du 2 décembre 1899 est la première leçon de la quatrième année du cours de Durkheim sur la Physique générale du droit et des mœurs. Il est intitulé Plan du Cours – Les Sanctions pénales. Dans la première partie du texte, Durkheim présente le plan de cette dernière année du cours. Il se propose d'abord de compléter l'étude de l'éthique objective des systèmes de morale familiale, professionnelle, civique et juridique (que nous connaissons parce qu'elles ont été publiées dans les fameuses Leçons de sociologie) par l'étude objective des sanctions et responsabilités. Cette première partie du cours sera consacrée à la théorie spéciale des sanctions (négatives pénales et civiles, positives) et responsabilités. La dernière partie du cours, sa conclusion, portera sur l'éthique subjective. Une fois ce plan de cours exposé, dans la deuxième partie du texte, Durkheim propose une définition sociologique de la sanction pénale qu'il justifie d'abord par la réfutation des définitions de la peine qui postulent un lien entre souffrance et peine. Ensuite, pour illustrer le caractère sociologique et justifier sa définition préalable de la peine, Durkheim commence à présenter une typologie des sanctions négatives (sanctions punitives pénales, publiques ou privées, sanctions restitutives civiles, etc.). Au terme de sa leçon, il considère avoir défini la peine de manière sociologique, c'est-à-dire en s'en tenant aux caractéristiques extérieures les plus saillantes de son objet, sans recourir à l'intention du patient ou du législateur ni à la question de la responsabilité.

Full access

An Unpublished Manuscript by Durkheim

‘On the General Physics of Law and Morality, 4th Year of the Course, 1st Lecture, December 2, 1899, Course Outline: On Penal Sanctions’

Émile Durkheim, edited and translated by François Pizarro Noël, and Ronjon Paul Datta

Abstract

This is the first English translation of Durkheim's lecture for the first class of the fourth and final year of his course ‘On the General Physics of Law and Morality’. The content from the previous year's course is contained in Professional Ethics and Civic Morals (Durkheim [1950] 1992). Durkheim discusses the importance of a special theory of sanctions and provides a typology of their negative and positive forms. He makes a case for the sociology of penalties and responsibilities, one based on the examination of their external and visible characteristics. Crucially, Durkheim displaces the ostensible causal importance of the intentions of juridical subjects, whether legislators or wrong-doers. The translation is accompanied by an extended critical introduction by R. P. Datta and Fr. Pizarro Noël.