Search Results

You are looking at 1 - 10 of 63 items for :

  • All content x
Clear All
Restricted access

Enfants du maquis en Algérie

Un héritage explosif

Abderrahmane Moussaoui

viols, de violences sexuelles et autres asservissements. Elle peut être élargie également aux enfants nés de ces viols, voire à tous les enfants nés dans le maquis. Ni les circonstances de l’accomplissement de ces viols, ni les motivations de leurs

Restricted access

Séverine Gojard

C’est dans le cadre d’une recherche sur l’alimentation dans la prime enfance1 que j’ai été amenée à réfléchir sur la confrontation entre normes de puériculture et pratiques familiales. En effet, chez les nourrissons, alimentation et santé sont des domaines très proches, ce qui se traduit par l’importance des conseils d’origine médicale ou para-médicale reçus par les parents2. L’influence que les premières années de la vie sont censées avoir sur le développement ultérieur de l’enfant, tant du point de vue physique que psychologique, constitue un moyen de pression non négligeable pour inciter les parents à mettre en pratique les conseils qui leur sont donnés. Dans ce contexte, on pourrait presque se demander comment des parents arrivent à faire autre chose que ce que leur médecin leur prescrit.

Restricted access

Georges Weill

This article, based mostly on unpublished material, deals with the life of Andrée Salomon (1908-1985), an Alsatian Zionist militant who became a legendary figure of the French Jewish Resistance. In 1938, she organized the reception of the German children in Alsace. As chief of the social service of the Œuvre de secours aux enfants (OSE) in the non-occupied zone, she directed the rescue of the children from the Vichy camps of Gurs, Rivesaltes and Les Milles to OSE homes. She was responsible for a secret network that hid children in non-Jewish institutions and saved more than 1,500 children and adults.

Restricted access

François de Singly

Depuis le milieu des années soixante, les familles changent en Europe et aux États-Unis. Cet énoncé banal fait consensus dans l’opinion publique et chez les spécialistes. Peu de personnes contestent que l’homme ait perdu sa première place dans la famille, devant la partager en partie avec sa partenaire— comme l’indique la fin de l’autorité paternelle, enregistrée par la loi de 1970 en France—et donc qu’en conséquence la femme occupe une position plus importante, voire même, pour certains, dominante puisqu’en cas de séparation c’est elle qui est parent gardien assurant la continuité familiale. Pour les féministes, il s’agit d’un mouvement ambigu qui trahit surtout une surcharge de travail pour les mères.

Restricted access

Julie Pluies

Les enfants sont au cœur des préoccupations quotidiennes des parents et la santé de ceux-ci retient tout particulièrement leur attention. Soucieux de leur progéniture, de son bien-être et de son futur, ils sont assistés par l’État qui ne peut

Restricted access

“Till I Have Done All That I Can”

An Auxiliary Nurse’s Memories of World War I

Michelle Moravec

. 14 Her application to the Comité franco-américain pour la protection des enfants de la frontière was received with great eagerness in the fall of 1917. Mrs. Langzettel of the Froebel League provided “a hearty recommendation,” and Mrs. C. P. (Virginia

Restricted access

Saving France's "lost Boys "

Vichy and the Reform of Juvenile Justice in France

Laura Lee Downs

In 1944, Léo Joannon's now-forgotten film Le Carrefour des enfants perdus opened in cinemas across France. The film (which starts in August 1940) recounts the struggle of impassioned journalist Jean Victor and a small group of friends to found a new kind of reform school without locks on the doors or bars on the windows, a vocational school for the professional training of delinquent youth whose methods were to be based on forging bonds of trust with the young offenders, rather than on their simple repression. Victor and his friends had all experienced firsthand the terrible bagnes d'enfants (children's penal colonies) of the Third Republic's pitiless juvenile justice system in their youth, and the story of the Carrefour (as their school was named) turns on the dedicated faith of these men in the abilities of children, even those deemed "guilty" in juvenile courts, to remake their own lives along healthier lines. Over the course of the film, the adventures of the Carrefour's 400 "enfants perdus" unfold inside an unexpected blend of progressive pedagogy (confidence in the children) and Vichy's fascistic elevation of the chef (organization of the school in hierarchically-ordered teams, run by older street toughs who are converted from caïdisme to the purer, if no less masculinist, ideology of the chef).

Restricted access

Alice L. Conklin Les Enfants de la colonie: Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté by Emmanuelle Saada

Jason Earle Surrealism and the Art of Crime by Jonathan P. Eburne

Paul Jankowski Reconciling France against Democracy: The Croix de Feu and the Parti Social Français, 1927–1945 by Sean Kennedy

Jean-Philippe Mathy French Theory: How Foucault, Derrida, Deleuze, & Co. Transformed the Intellectual Life of the United States by François Cusset

David Lepoutre La France a peur. Une histoire sociale de l'« insécurité » by Laurent Bonelli

Free access

Maryon McDonald

There has been a certain dizziness wrought by ‘turns’ in Social Anthropology of late – one of these being the ‘ontological turn’. In the first article of this issue, Eduardo Viveiros de Castro – perhaps the enfant terrible of the ontological turn – sets out what he sees as being at stake in this turn and tries to meet some of the critics head-on. In an article provocatively entitled ‘Who is Afraid of the Ontological Wolf?’, he outlines some of the complexities whilst suggesting to readers that anthropology ‘is always about sticking one’s neck out through the looking glass of ontological difference’. The article originated as the 2014 Annual Marilyn Strathern Lecture and the author acknowledges a debt to Strathern – one of ‘more fat pigs than I could ever hope to assemble.’

Restricted access

Alain Boyer

Les musulmans se sont installés en France à cause et à la suite des deux guerres mondiales, essentiellement en provenance des pays sous domination française, à la fois comme recrues dans les armées françaises et comme force de travail. Ils ont ensuite participé à la reconstruction et au développement du pays, comme immigration de main d'oeuvre, durant les Trente Glorieuses. Ces flux migratoires se sont poursuivis, après la décolonisation et les indépendances, dans les années 1960. S'ils ont été freinés par l'arrêt de l'immigration en 1973, ils n'en ont pas pour autant totalement cessé, puisque l'on considère que sont entrés, depuis lors, en France, chaque année, environ 100 000 immigrés d'origines diverses. Bien plus, l'arrêt de l'immigration, en rendant très difficile la perspective d'un éventuel retour en France, et le regroupement familial ont concouru à l'installation durable en France de familles immigrées cherchant plus ou moins consciemment à s'intégrer dans la société française. Peu à peu se sont constituées des communautés musulmanes qui ont essayé de négocier, surtout pour obtenir des avantages individuels plus que collectifs, les modalités de leur intégration. Les populations immigrées ont souvent été reléguées dans les zones d'urbanisation récente, l'habitat social et les banlieues des grandes villes et ont été cantonnées, pour la première, et souvent pour la deuxième génération, dans des métiers peu qualifiés directement menacés par le chômage. Les immigrés et leurs enfants appelés à devenir français, dès lors qu'ils étaient nés en France, ont été victimes d'inégalités et d'exclusions par l'école, le travail et le logement.